Histoire de fringues

Publié le

 

On était déjà super à la bourre. On avait rendez vous à 15h a la mairie d'Orcières pour le mariage civil, à 16 h à l’église et après, on arrosait le mariage par un vin d'honneur servi après la cérémonie à la résidence Belambra "Roc Blanc" à Merlette. Quand j’ai vu arriver mon futur bauf, j’ai halluciné. Je savais déjà qu’il avait un goût de chiotte, mais là il s’était surpassé ! J’ai vu rouge, je l’ai engueulé comme du poisson pourri : 
 -Putain,   mec,   t'as vu tes fringues ? Tu comptes te pointer comme ça au mariage de ma frangine ?


     J’en aurais mis ma main à couper ! J’étais sûr qu'il ferait une gaffe. Il en manque pas une. Ce type bat vraiment tous les records de connerie. Et pourtant des débiles, j'en ai connu, mais lui, c'était la nouille en chef du bataillon des abrutis congénitaux. Se pointer avec des fringues rouges à un mariage ! Je te demande un peu ! Encore, quand on est qu'invité, passe. Mais putain, quand on est le marié, faut pas charrier !
    -Ben quoi ? Qu'y me répond, cet enfoiré de mes deux. Chez les chinois, le rouge, c'est la couleur de la fête ! J'avais des doutes sur la couleur et les motifs mais une fois porté, je trouve qu'il est moderne et qu'il a une belle forme, ce costard.
    -Ben en attendant, le curé, il est traditionnel et la tronche qu'il va faire en voyant ton costume de marié, elle va être plus rouge que rouge ! T’as une touche d’enfer, comme ça ! T’a l’air d’une saucisse de Strasbourg ! On va pas à un mariage chinois, on va au mariage de ma sœur ! Il est chinoise, ma sœur, ducon ?
    Sur ce, ma frangine se pointe. Elle venait de faire des emplettes de dernière minute : -Regardez les mecs, mon 50 rentre dans ce très joli débardeur taille 40 ! Ca fait un très joli décolleté. En plus, je l'ai eu en solde à 11,90 € ! J’ai craqué sur une paire de grolles de filles à Gémo. J'ai eu le coup de foudre. Bon, j’ai plus l'habitude de talon à force de marcher dans des derbies et ballerines, je vais me casser la cheville ! Mais pour le prix, j'ai pas hésité longtemps : 8.97 euros au lieu de 29.90 euros ! Je pense à mettre ça pour danser à la résidence Belambra. Vous en pensez quoi ?
     Devant notre lourd silence et ma gueule d’enterrement, elle avise son chéri et voit comment il est attifé :
    -Putain, chéri, t’as vu tes fringues ? Mais t’es vraiment craignos ! Mais c’est pas possible, ça, t’est encore plus con que t’en a l’air, ma parole ! Qu’est qui va dire, le curé ? T’y as pensé ? Et maman ? Tu crois qu’elle va apprécier ? C’est pas à un concert de rock qu’on va, c’est à un mariage !
    -Mais putain, j’en ai rien à foutre de votre curé de merde ! J’avais plus rien de propre, merde ! J’allais quand même pas me radiner en Djinn, merde ! Des curés comme ça, d’abord, j’fous un coup de pompe dans un lampadaire et y m’en tombe 50 ! MERDE !!!!!!

    Ce mec a aucun respect, et aucun sens des usages. Il vient se marier en rouge et la religion, il s’en branle. En tant que frère de la mariée, fallait que j’assure. Je me suis creusé la cervelle et j’ai dégotté une idée d’enfer. J’allais donner de ma personne.
     -Jeff, tu me file tes pompes noir et blanc, ton futte et ta veste rouge, ta chemise rose à jabot et ta cravate avec des mickeys. Allez ! Vite ! Met le turbot ! Ca urge ! Le mariage, c’est dans une heure, je te rappelle !
    -Non, mais t’es barge ? T’es tombé sur la tête ! Tu veux pas que je me pointe à poil à mon mariage, aussi ? Et je vais me foutre quoi sur le dos, à la place ? T’as une araignée dans le plafond !
    -Mais putain, t’as rien pigé ! C’est pas pour rien qu’on t’appelle la flèche, toi ! On échange, PUTAIN ! Je te file mes fringues et tu prends les miennes !
    -Mais j’y tiens, moi à mon falzar, et à mes tatanes aussi !
     -Mais je te les rendrai tes fringues! Et tes écrase-merde aussi ! On échange, c’est tout ! Vu que ma sœur faisait tirait la tronche, il a bien voulu me filer son déguisement.
    -Tu peux pas dire que je sais pas me dévouer, que j’ai dit à ma frangine.
   Résultat, pour la cérémonie, c’est moi qu’avait l’air d’un clown et c’est ce con de Joseph qu’a hérité de mes plus belles fringues :


   Mon pantalon blanc à patte d'éph, ma veste assortie à strass, mes grolles crème et mon galure borsalino pied de poule en feutre. Ca tombe bien qu’on fait à peu près la même taille. Bon ! Au moins, y sera pas ridicule, que je me suis dit.

Commenter cet article

Martine Z. 02/01/2011 17:38



Très humoristique, cette plongée dans le bon goût vestimentaire avec chute à paillettes !


 



03/01/2011 10:52



J'avais écrit ça pour un forum littéraire : il s'agissait d'écrire un texte "qui ne respecte pas les règles". Moi, j'ai choisi d'écrire le plus possible en argot....